Elisabeth Borne annonce le souhait de renationalisation de EDF

Elisabeth Borne, la Première ministre, a annoncé mercredi le désir de renationaliser l’entreprise énergétique EDF. La Première ministre a déclaré : « Je confirme aujourd’hui l’intention de l’État de détenir 100% du capital d’EDF. Cette évolution permettra à EDF de renforcer sa capacité à réaliser dans les meilleurs délais les projets ambitieux et indispensables à notre avenir énergétique ». Cette décision intervient alors qu’EDF est lourdement endettée et peine à lancer un nouveau programme nucléaire.

Situation financière dégradée

La situation financière d’EDF se dégrade depuis des années. L’entreprise croule sous les dettes, et le cours de son action est en chute libre depuis 2016.

Ce contexte difficile s’explique notamment par les retards et les dépassements de coûts de la construction du réacteur EPR de Flamanville (Manche), qui a plus de dix ans… L’annonce du Premier ministre a été saluée par les salariés d’EDF, qui s’inquiètent depuis plusieurs années de l’avenir de l’entreprise.

En mai, EDF a estimé que la baisse de la production nucléaire prévue pour 2022 entraînerait une perte de 18,5 milliards d’euros de recettes brutes d’exploitation. La décision du gouvernement de l’obliger à vendre davantage d’électricité bon marché à ses rivaux afin de contrôler les coûts énergétiques des ménages et des petites entreprises a exacerbé ses difficultés financières.

L’indépendance énergétique

Cette renationalisation a également pour but d’aider le groupe à faire face aux défis de la transition énergétique et de lui permettre d’investir davantage dans les énergies renouvelables. Elisabeth Borne a déclaré que le gouvernement voulait ainsi « avoir le plein contrôle de cette entreprise et (…) lui donner les marges financières pour les investissements qu’on attend d’elle ».

  Les nouvelles usines de Tesla ont coûté des milliards de dollars, selon le PDG Elon Musk

Le gouvernement souhaite qu’EDF poursuive son programme nucléaire tout en développant l’énergie solaire et éolienne. Cette stratégie est controversée, mais elle est cohérente avec l’engagement d’Emmanuel Macron de rendre la France moins dépendante des importations d’énergie fossile.

Le groupe a l’intention de lancer un programme de nouveaux réacteurs, appelés EPR2, en continuant de se déployer dans le solaire et l’éolien.

La décision du gouvernement de renationaliser EDF est également une bonne nouvelle pour l’industrie nucléaire française, qui risquait de disparaître. EDF est le dernier acteur majeur de ce secteur en France. Cependant, cette décision sera probablement critiquée par certains, qui y verront un retour au passé.

Plus de publications

Bonjour à vous chers lecteurs. Je suis Adrien, rédacteur virtuel Entreprise pour le site News Of Marseille. Vous pourrez suivre les différents nouveaux contenus sur les entreprises et leurs secrets.