« Jour du dépassement » : 28 juillet ou le jour où l’humanité a consommé ses ressources

Le monde sera en « dette écologique » pendant environ un tiers de l’année. Il faudrait 1,75 Terre pour restituer ce que l’humanité consomme en termes de surface.

Le monde s’appuie sur le crédit jusqu’à la fin de l’année, à partir d’aujourd’hui, jeudi 28 juillet. Le « day of overshoot » ou le « jour du dépassement », date à partir de laquelle l’humanité a consommé tout ce qu’il lui restait à faire en un an, vient d’être atteint selon les calculs de l’organisation américaine Global Footprint Network.

La date fatidique arrive un jour plus tôt que l’année dernière, confirmant que l’accalmie provoquée par la crise sanitaire en 2020.

Une date de plus en plus courte

Ce jour du dépassement ne cesse de se produire de plus en plus tôt au fur et à mesure des années. La capacité de régénération des écosystèmes est de plus en plus difficile. A titre d’exemple avec les années précédentes du « jour du dépassement » :

  • 1980 : 8 novembre
  • 1990 : 14 octobre
  • 2000 : 25 septembre
  • 2010 : 8 août
  • 2020 : 22 août

Ces dates sont déterminées à partir de différentes informations : les zones de pêche, les cultures, les pâturages, les espaces forestiers pour la production, les espaces de construction ainsi que les espaces forestiers absorbant le carbone. Le jour de dépassement est le produit de la biocapacité de la planète (en hectares globaux) divisée par l’empreinte écologique de l’humanité (en hectares globaux), multiplié par le nombre de jours dans une année, c’est-à-dire 365..

Dans cette forte consommation liée aux modes de vie des pays riches, les habitudes de la France font parti des plus impactantes. En effet, il convient que si l’ensemble de la planète suivait la consommation des français, ce jour du dépassement ce serait produit plus promptement.

  De quelle manière obtenir votre acte de naissance à Marseille ?

Quelles sont les causes principales de ce « jour du dépassement » ?

Les principales causes de ce « jour de dépassement » sont la :

  • la déforestation,
  • la surpêche,
  • la surexploitation agricole,
  • nos émissions de gaz à effet de serre dues à la combustion de combustibles fossiles.

« Notre système alimentaire a perdu la tête avec une surconsommation des ressources naturelles, sans répondre aux besoins de lutte contre la pauvreté » d’un côté, et de l’autre une épidémie de surpoids et d’obésité, explique Pierre Cannet, directeur du Plaidoyer et des Campagnes de WWF France.

Que pouvons-nous faire pour aider à résoudre ce problème ?

Si nous voulons contribuer à résoudre ce problème, nous pouvons commencer par adopter cinq habitudes simples dans notre vie quotidienne :

  • Recycler nos déchets
  • Économiser l’énergie
  • Changer de fournisseur et passer aux énergies renouvelables : électricité verte et biogaz
  • Choisir des transports éco-responsables

Du côté des grandes solutions, les moyens sont nombreux et avantageux financièrement, selon Selectra :

  • Reforester 350 millions d’hectares de forêt : cela pourrait faire gagner 8 jours ;
  • Réduire de moitié la consommation mondiale de viande : qui pourrait donner un gain de 17 jours ;
  • Diviser par deux l’empreinte carbone de l’humanité : pour un gain de 93 jours ;
  • Diminuer de 50% le gaspillage alimentaire dans le monde : ce qui permettrait de rattraper 13 jours.

Afin d’être guidé au mieux dans votre quotidien, vous pouvez télécharger l’application WAG (We Act for Good) du WWF qui vous permet de réduire votre empreinte écologique grâce à des actions quotidiennes.

Le « jour du dépassement » de l’humanité est un rappel annuel de l’impact négatif de nos modes de vie sur la planète. Il existe de nombreuses façons de contribuer à résoudre ce problème, et il est important que chacun d’entre nous fasse ce qu’il peut pour réduire son empreinte écologique.

  Sport : des Résidents de l’Epifaj s’entraînent au badminton en Normandie
Plus de publications